Plus de 2000 ans d’expérience

Les ouvrages traditionnels de référence

Les livres les plus anciens datent des premiers siècles après JC. Ce sont notamment le « Huang Di Nei Jing Su Wen » qui présente les principes de la MTC et le « Huang Di Nei Jing Ling Shu » qui parleplus spécifiquement de l’acupuncture. A ces deux livres fondateurs sont venus s’ajouter au fil des siècles plusieurs autres ouvrages qui viennent expliquer ou compléter ce savoir de base. Ainsi en est il, par exemple, du « Nan Jing » qui vient expliquer les « difficultés » du « Nei Jing » ou du « Shang Han Lun » qui traite spécifiquement des coups de froid selon la théorie des six niveaux.

Les 5 branches de la Médecine Traditionnelle Chinoise

Actuellement la MTC comporte 5 branches thérapeutiques : la diététique, le Qi Gong, le Tui Na (massage), la pharmacopée et l’acupuncture.

Chacune de ces 5 branches s’appuie sur la même conception du fonctionnement énergétique de l’Homme, avec un domaine d’action privilégié. Ainsi, la diététique te le Qi Gong peuvent être pratiqués quotidiennement dans le but d’entretenir, au jour le jour, le bon fonctionnement de la « machinerie » énergétique humaine. Le Tui Na et l’acupuncture permettent de prendre en charge des problèmes de santé et sont particulièrement efficaces si on les utilise dés les premiers symptômes. La pharmacopée est particulièrement indiquée pour des pathologies plus chroniques.

Place de la Médecine Traditionnelle Chinoise en France

Aujourd’hui, en France, le seul diplôme officiel relevant de la médecine chinoise est le D.U. d’acupuncture réservé aux médecins et sage femme. Cependant la pratique de la médecine traditionnelle chinoise, dans une orientation de bien être, est tolérée pour des praticiens non médecin. Il est à noter que la reconnaissance de cet art thérapeutique avance car, à la demande du sénat, et sous le pilotage de la DirMech, un projet de loi a été rédigé en concertation avec tous les acteurs de la Médecine Traditionnelle Chinoise en France.

Les bases de la MTC

Les 5 mouvements

La MTC est basée sur l’observation des saisons et la manière dont le corps humain, s’adapte naturellement aux fluctuations saisonnières ou aux climats locaux. Ces notions ont ensuite été étendues au fonctionnement interne du corps. 

Il y a 5 éléments : le Feu (terrestre et céleste), la Terre, le Métal, l’Eau et le Bois.

Pour chaque élément, il y a un couple organe – entraille spécifique :

Le Feu Terrestre correspond à l’énergie du Cœur et de l’Intestin Grêle 

Le Feu Céleste correspond à l’énergie du Maître du Cœur et du Triple Réchauffeur

La Terre correspond à l’énergie de la Rate et de l’Estomac

Le Métal correspond à l’énergie des Poumons et du Gros Intestin

L’Eau correspond à l’énergie des Reins et de la Vessie

Le Bois correspond à l’énergie du Foie et de la Vésicule Biliaire

Le Qi

L’acupuncture à pour ambition première de réguler de manière harmonieuse la circulation du Qi dans l’organisme. 

D’une manière générale le Qi ou plutôt les Qi « supportent le fonctionnement de chaque organe, dans toutes ses activités ; ils font que tout circule dans les méridiens et les trajets connexes ; ils transportent les nutriments et distribuent le sang ».

D’un point de vue thérapeutique, il y a 2 formes de Qi :

le Qi correct ou Zheng Qi. Celui ci est indissociablement lié au développement et au fonctionnement du corps humain. A la fécondation, c’est à dire au moment de la rencontre du spermatozoïde et de l’ovule, il y a captation de l’énergie de la lignée appelée Yuan Qi. Au développement, c’est à dire dés que l’embryon commence à grandir, il y a apparition du Qi nourricier (Ying Qi), du Qi défensif (Wei Qi) et du Qi ancestral (Zong Qi). C’est sur ces 3 derniers que la MTC peut agir.

le Qi « pervers » ou Xie Qi (humidité, vent, chaleur, froid, sécheresse…). Celui ci est la conséquence d’une pénétration dans l’organisme d’un ou plusieurs des 5 Qi de l’environnement.

Le Qi circule dans le corps selon des trajets privilégiés que l’on appelle méridien. Un méridien est un trajet, non pas imaginaire, mais invisible à l’œil. Nombre d’expériences récentes permettent une mise en évidence indirecte de leur existence et de leur réactivité aux différentes formes de stimulation.

Fermer le menu